Les larmes du coeur
Biographie
Les larmes du coeur
Les oeuvres de Jack
Quelques pensées
Poésies
Livre d'Or -extraits
Les deux coeurs
Vidéos et divers
LE LOUP SOLITAIRE

_________________________________________________
LES LARMES DU CŒUR

Les larmes de mon cœur épanchent la misère
Qui règne au plus profond de mon âme meurtrie,
Car je n'ai pu garder ma douce prisonnière
En raison du destin qui vint briser ma vie.

Les brumes automnales font revivre un passé
Refusant de mourir et qui défie le temps,
Quels que soient mes efforts revient cette entité
Que j'ai tenté de fuir, en vain, depuis longtemps.

Les larmes de mon cœur s'écoulent, douloureuses,
Sur un amour qui a disparu dans la nuit,
J'en ai connu depuis des heures ténébreuses
Que je sois au travail ou couché dans un lit.

Je n'ai, depuis ce jour, plus jamais dit : "je t'aime"
Malgré tout cet amour que je puisse donner
A ceux que je chéris. C'est plus fort que moi-même,
Je ne puis sans souffrir devoir le prononcer.

Les larmes de mon cœur roulent comme une vague
Qui s'en viendrait mourir sur du sable très fin,
J'éprouve l'impression que parfois je divague
Quand je vois ton visage apparaître soudain.

Je voudrais t'attraper, te serrer contre moi
Mais tu n'es qu'un fantôme, une simple illusion
Qui brise mon humeur et qui jette l'effroi
Dans mon âme meurtrie devant ton intrusion.

Les larmes de mon cœur vont-elles se tarir
Avant de rencontrer la Dame au couperet ?
Je crains qu'elle soit seule à pouvoir me guérir
M'entraînant avec elle en son endroit secret.

Extrait de "Brumes d'automne"
_________________________________________________
ILLUSIONS

_________________________________________________
INSTINCT

L'homme est un animal qui marche sur deux pattes,
Son cerveau est plus gros que celui d'un mouton,
De son intelligence, on le sait, il se flatte
Mais je ne vois en lui rien d'autre qu'un bouffon.

Il couvre les royaumes en sa suprématie
Puis étend ses méfaits sur chaque continent,
Son orgueil est si grand qu'il le personnifie
A ce point qu'il devient un être pestilent.

Hélas!...nous sommes frères et j'en ai souvent honte
Car je porte un fardeau bien trop pesant pour moi,
Mon instinct, certains jours, à mes dires s'affronte
J'aime tout, sauf l'homme, et ne peux dire pourquoi.

Extrait de l'ouvrage "Un feu dans la nuit"
_________________________________________________
LE VIEIL HOMME


_________________________________________________
REVEIL

Ô sublime moment qui mettra dans mon être
Un peu de ce bonheur, depuis tant, désiré;
A des cieux inféconds j'avais dû me soumettre
Mais, en ce jour, je crois être dédommagé.

Car grâce à vous, Madame, un esprit se réveille
Après qu'un long sommeil le retint prisonnier,
Douce fleur éclatante au printemps qui sommeille
De par votre beauté, mon coeur s'est éveillé.

Non, je ne croyais plus trouver en ce bas monde
Un être qui ne soit ni méchant, ni pervers,
Mais la réalité, pour ce songe, me gronde

Puisque votre présence est preuve du contraire.
Souriez donc, Madame, le bonheur se prépare
Et à ce doux esprit ne placez point de fard.

Extrait de "Du fond du cœur - Tome 1"
_________________________________________________
SUBTERFUGE

_________________________________________________
PENSEE NOCTURNE

Je reste là, souvent, perdu dans ma pensée
Au milieu de la nuit silencieuse et triste,
Seul un rai me parvient de la lune argentée
Entre les volets clos d'une chambre sinistre.

Je suis là et j'attends que le sommeil arrive
Pour me prendre en ses bras comme on prend un enfant,
Mais s'ancre ma pensée qui demeure lascive
Agissant sur mon souffle, à présent haletant.

Oui, je demeure là, sans oser faire un geste
Car je crains que se rompt le charme de la nuit,
Je ne veux rien qui puisse apparaître funeste
Sous peine de me voir brusquement déconfit.

Quand viendra le moment de rejoindre Morphée,
De me livrer sans peur, sans crainte entre ses bras,
Je me comporterai pareil à l'épousée
Qui est prête à s'offrir sans le moindre embarras.

Extrait de "Vagabondage"
_________________________________________________
LE RETOUR

_________________________________________________
VISION

Il approche ce temps où je devrai partir
Au pays bienheureux d'où l'on ne revient pas.
Les larmes cependant ne devront pas rougir
Tes yeux clairs, tes beaux yeux si rieurs autrefois.

La vie a son destin. Quel que soit notre effort
Rien ne pourra changer cette route tracée.
Je veux que tu sois belle et que tu ries encor,
Que tu cèdes à l'amant qui osera t'aimer.

Et pendant ce temps-là, les vers grouilleront
Sur mes chairs putrides exhalant une odeur
Ecœurante et infecte que, seuls, ces compagnons
Oseront supporter en me baisant le cœur.

Ils suceront mes os, trotteront dans mon crâne
Épargnant par respect mes quelques cheveux blancs,
Car ces bêtes rampantes auront peur de mon âme
Impossible à souiller. Mais, je suis bien vivant

Tu profères, déjà, contre moi un reproche
Quand je t'ai juste dit le fond de ma pensée!...
Tais-toi donc un instant!... Ecoute cette cloche!...
Mais oui, c'est l'angélus, la nuit va commencer.

Donne-moi le panier, reprends ton chevalet,
Nous allons regagner la maison doucement;
J'attendrai sagement que le souper soit prêt,
Assis auprès de l'âtre, tout en te regardant.

Extrait de "Du fond du coeur - volume 2"
_________________________________________________
EVASION
_
_________________________________________________
REACTION

Les brumes de l'automne accumulent les plaintes
D'un peuple qui se meurt par manque de ressources,
Je l'avais pressenti, j'en éprouvais des craintes
Car tous nos dirigeants boivent aux mêmes sources.

Notre monde à présent s'en va à la dérive
Car l'on a bâillonné l'Honneur et la Sagesse
Pour mieux les exiler sur la lointaine rive
Où s'y trouvent déjà l'Amour, la Politesse.

Les esprits embués de vapeurs sataniques
Ayant soif du pouvoir comme de la richesse,
Tentent de se créer des palais chimériques
En semant autour d'eux pauvreté et détresse.

Le monde doucement se meurt dans un brouillard
Qui étouffe les peuples au profit des élus,
Nous devons réagir avant qu‘il soit trop tard
Pour rendre à la raison ces maudits farfelus.

Extrait de "Brumes d'automne"
_________________________________________________
C'EST VRAI

_________________________________________________
HIER COMME DEMAIN

Hier comme demain, tout restera pareil
Car l'homme est incapable à devenir plus sage,
J'ai beau user ma voix pour le mettre en éveil
Il s'avère incapable à capter le message.

Hier comme demain le sol verra pourrir
Des corps déchiquetés par d'incessantes guerres,
Puisque l'homme est ainsi qu'au lieu de réfléchir
Il veut de son voisin s'approprier les terres.

Hier comme demain dominera la haine
Tandis qu'il nous faudrait dispenser de l'amour,
Aimer n'est pourtant pas une chose malsaine
Mais tout amour se perd dans le son du tambour.

Hier comme demain, rien ne sera meilleur
Et, à mon humble avis, tout devrait empirer,
L'esprit de l'être humain est si dévastateur
Qu'il paraît impossible à pouvoir l'enrayer.

Extrait "De jadis à demain"
_________________________________________________
LE SERMENT D'AMOUR

_________________________________________________
LOLITA

harris.jack
03/08/03